IK Multimedia iRig Keys I/O 49

0
2143

Décrit par IK Multimedia comme sa « station de production musicale tout-en-un », l’iRig Keys I / O combine un clavier de contrôleur MIDI (49 ou 25 touches) et une interface audio au sein du même appareil, le tout conçu pour être aussi compacte que possible sans compromettre la jouabilité.

Il est également livré avec une gamme impressionnante de logiciels fournis.

Petit mais costaud

Les premières impressions des E / S iRig Keys sont bonnes. Ce n’est pas un clavier particulièrement joli avec son côté plastique omniprésent, mais il a l’air assez solide. Le branchement au PC, au Mac ou à l’iPad se fait via le câble USB ou Lightning to mini DIN d’IK (les deux sont présents dans la boîte). Nous préférons l’usage de l’USB car les câbles Lightning mini DIN sont plus difficiles à remplacer. L’appareil peut être alimenté via USB ou avec quatre piles AA (curieusement, seulement deux sont incluses), de sorte que vous n’avez pas besoin de vous munir d’un adaptateur secteur pour l’utiliser avec votre iPad par exemple. Le support de tablette monobloc inclus est particulièrement pratique.

Malgré la présence de 49 touches et de potentiomètres, l’iRig Keys reste compact avec seulement 208 mm de profondeur et 693 mm de long (le modèle 25 touches mesure quant à lui 208×373 mm). Ceci n’en fait pas, à proprement parler un matériel «portable» mais permet néanmoins de le caser dans un home studio dont l’espace est limité.

Les touches sont légères et réactives, avec un déplacement satisfaisant et un mouvement latéral minimal.

Huit pads rétroéclairés sensibles à la vélocité viennent compléter les touches.

L’interface audio embarquée fonctionne jusqu’à 24 bits / 96 kHz et sonne bien. La latence atteint 7,55 ms à 32 échantillons, et se situe à 17 ms sur un échantillon plus pratique de 256 échantillons – soit un niveau standard comparativement aux autres interfaces audio USB.

Connectique et autres touches

Sur le panneau arrière, une prise d’entrée accepte un signal de niveau instrument, ligne ou microphone, avec une alimentation fantôme 48 V si nécessaire. Un bouton Gain permet le réglage du volume. Des sorties ¼ de pouce permettent d’alimenter une table de mixage ou des enceintes actives. Une prise minijack autorise le branchement d’un casque ou d’écouteurs. Le panneau arrière permet également de brancher une pédale pour le contrôle de l’expression et du sustain. Enfin vous trouverez des entrée sorties MIDI.

L’espace étant précieux, le fabricant a remplacé les roues de pitch standards par une paire de touchstrips. Dans le même ordre d’idée, le changement d’octave, de programme et les boutons de transport / édition sont des pavés tactiles. Les boutons de transport peuvent être réglés pour produire des données MIDI Machine Control, CC et Real Time.

À l’usage les touches sensibles au toucher peuvent déplaire bon nombre d’utilisateurs qui préfèreront sans doute des boutons bien réels. Mais tout cela est bien sûr une question de goût.

L’édition est néanmoins fastidieuse. Le bouton « données » est utilisé pour parcourir les menus, une série de touches numérotées sont enfoncées pour la saisie des données, et une LED numérique à trois chiffres fournit les visuels requis. Il est néanmoins possible de beaucoup personnaliser l’appareil, y de réaffecter les touchstrips pour produire des CC MIDI; régler des pads individuels pour produire des notes MIDI…. Jusqu’à 99 préréglages utilisateur peuvent être stockés à côté des quatre configurations d’usine.

Dans la boite

En termes de rapport qualité/prix, l’iRig Keys est une bonne affaire dans la mesure où le package intègre 750 € de logiciels. On y trouve notamment  Live Lite et Studio One Prime – des versions allégées des DAW Ableton et PreSonus qui donnent au débutant, les outils de MAO dont ils ont besoin pour commencer. Ceux qui disposent déjà de leur propre DAW, pourront profiter de Miroslav Philharmonik 2 CE (180 €), ROMpler orchestral de 10 Go avec plus de 700 instruments, édité, traité et mixé dans une interface facile à utiliser. Le package comporte également Syntronik Pro-V (60 €), une émulation basée sur un échantillon des synthétiseurs à circuits séquentiels Prophet-5 et Prophet-10 et T-RackS Deluxe et SampleTank 3 (420 €). Le premier inclut neuf modules de la superbe suite de mixage et de mastering d’IK, tandis que SampleTank 3 est une librairie gigantesque (33Go), avec plus de 4000 instruments acoustiques, électriques et électroniques multisamplés.

Dans l’ensemble, l’iRig Keys est plutôt réussi mais il y a quelques aspects moins bons comme par exemple la limitation à une seule entrée mono, qui ne correspond pas exactement à une solution d’enregistrement complète bien qu’elle devrait suffire aux auteurs-compositeurs et aux guitaristes, mais elle ne permettra jamais une production sérieuse. En outre, la nature des touches et le remplacement de pitch standards par des touchstrips ne nous a guère convaincu.

Conclusion

En résumé, l’iRig Keys 49 est un clavier de contrôleur MIDI d’entrée de gamme doté d’une interface audio décente mais limitée à un canal d’entrée. Il profite d’une collection très intéressante de logiciels qui en fait un clavier d’un bon rapport qualité/prix. Il est assez petit pour trouver un espace sur un bureau et équipé pour gérer les fonctions d’enregistrement de base.

Avantages :

  • Pour le contrôle MIDI et les E / S audio en un.
  • Compatibilité Mac, PC et iOS.
  • Un ensemble de logiciel impressionnant.
  • Support de tablette inclus.

 

Les inconvénients :

  • Juste une seule entrée mono.
  • Clavier d’entrée de gamme.
  • Le connecteur mini-DIN «  irritant ».

Répondre/Commenter

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez entrer votre nom ici