Milonga Music - Guitare, synthé, piano, batterie

Simplicité et Performance : Test du Quantum 2626

Le dernier bébé de la gamme Quantum offre une multitude d’E/S et d’excellentes performances en matière de latence, le tout à un prix très raisonnable.

PreSonus est une entreprise qui a toujours été à la pointe de l’innovation en matière d’interfaces audio. Depuis de nombreuses années, ils ont adopté avec succès de nouveaux protocoles pour répondre aux besoins changeants du marché. Ils ont été parmi les premiers à proposer une interface Firewire en lançant le FireStation en 2003, qui a été le précurseur de l’utilisation du protocole mLAN de Yamaha. Plus récemment, ils ont été parmi les premiers à adopter les normes USB 3.0 et Thunderbolt pour leurs interfaces audio. Leur premier modèle Thunderbolt, le PreSonus Quantum, a particulièrement retenu l’attention en offrant des performances de latence exceptionnelles, comme en témoigne notre élogieuse critique parue en septembre 2017.

Évolution de la gamme Quantum

Le Quantum est toujours disponible sur le marché, mais il fait désormais partie d’une gamme d’interfaces audio appelée Quanta. Cette gamme comprend le Quantum 4848, conçu pour répondre aux besoins des consoles analogiques avec un grand nombre d’E/S, et le sujet de notre revue, le Quantum 2626.

Renoncement au DSP : La philosophie des Quanta

Ce qui distingue les interfaces de la gamme Quanta, dans un marché déjà très concurrentiel, c’est leur approche de l’absence de DSP intégré. PreSonus a fait le pari audacieux que si la latence pouvait être réduite de manière significative, il n’était plus nécessaire d’intégrer un mixeur DSP dans l’interface elle-même. En effet, les stations de travail audio numériques (DAW) actuelles sont équipées de mixeurs bien plus puissants. Cette approche présente l’avantage de simplifier considérablement le processus de routage et de mixage, éliminant la nécessité de configurer des mixeurs DSP complexes pour surveiller l’entrée et la sortie audio. Tout se fait désormais directement dans le DAW, ce qui facilite grandement le flux de travail. Cette philosophie se traduit par une utilisation plus intuitive de l’interface, en éliminant la nécessité de basculer entre différentes fenêtres de logiciels pour ajuster les paramètres de monitoring.

Le Quantum 2626 : Une alternative abordable

Le Quantum 2626 est la dernière addition à la gamme Quanta de PreSonus. Il a été conçu pour offrir des performances de latence exceptionnelles, tout en restant abordable. Cependant, quels sont les compromis faits pour atteindre ce prix attractif ? C’est ce que nous allons explorer dans la suite de cette revue.

Entrées et sorties et analyse des fonctionnalités

Malgré l’absence de routage interne ou de traitement du signal, l’original Quantum était équipé de certaines fonctionnalités numériques intéressantes. Cependant, nombre de ces fonctionnalités ont été supprimées sur le Quantum 2626 pour réduire les coûts. Par exemple, le contrôle numérique des gains de préampli et le contrôleur de monitoring assignable ne sont plus disponibles. Cela signifie que vous ne pouvez pas effectuer de contrôle de monitoring surround sans utiliser un contrôleur de monitoring externe. D’autres fonctionnalités supprimées incluent la section talkback, la mesure à LED à huit segments, la commutation d’alimentation fantôme individuelle et les convertisseurs D‑A séparés pour les amplis casque. Sur le Quantum 2626, les deux sorties casque suivent toujours les sorties principales.

Cependant, l’essentiel des entrées/sorties de l’interface reste intact. Le Quantum 2626 est doté de huit préamplis XMAX de PreSonus, tous accessibles via des entrées combinées (XLR/TRS) situées en façade. Les deux premières entrées peuvent accepter des signaux d’instrument à haute impédance et disposent également de points d’insertion équilibrés pré-conversion à l’arrière de l’interface. De plus, à l’arrière de l’interface, vous trouverez huit sorties ligne, dont les sorties 1+2 sont également reproduites sur des sorties de monitoring dédiées, contrôlées par l’atténuateur en façade.

En ce qui concerne la connectivité numérique, le Quantum 2626 offre des entrées/sorties stéréo S/PDIF, deux paires de ports ADAT, une entrée/sortie Word Clock, une paire de véritables prises MIDI à cinq broches (entrée et sortie), ainsi qu’un port Thunderbolt 3. Les ports ADAT peuvent soit fournir huit entrées/sorties à des taux d’échantillonnage plus élevés (en mode S/MUX), soit être utilisés en paires indépendantes pour ajouter 16 entrées/sorties supplémentaires à des taux d’échantillonnage standard.

Analyse des choix de conception

Les choix de conception de l’interface Quantum 2626 reflètent la volonté de réduire les coûts tout en préservant l’essentiel des fonctionnalités nécessaires pour un enregistrement de qualité. Les fonctionnalités supprimées, telles que le contrôle numérique des gains de préampli et le contrôleur de monitoring assignable, sont des compromis raisonnables étant donné que la plupart des utilisateurs ne les utilisent que rarement dans un contexte de home studio. La suppression de ces fonctionnalités permet de proposer une interface abordable tout en conservant les préamplis de haute qualité de PreSonus et une connectivité robuste pour répondre aux besoins de la plupart des musiciens et producteurs.

PreSonus Quantum 2626 - Arrière
PreSonus Quantum 2626 – Arrière

L’orientation de PreSonus vers l’adoption de nouveaux protocoles

PreSonus est reconnu pour son engagement constant dans l’adoption de nouveaux protocoles en matière d’interfaces audio. Ils ont été parmi les pionniers à introduire une interface Firewire dès 2003, avec le FireStation, qui a également été le premier à utiliser le protocole mLAN de Yamaha. Plus récemment, ils ont été en première ligne pour soutenir les technologies USB 3.0 et Thunderbolt. Leur première interface à utiliser Thunderbolt a été le PreSonus Quantum, qui a tiré pleinement parti de la vitesse de transfert de données de Thunderbolt pour offrir une latence exceptionnellement faible. Cette approche a été saluée dans notre revue en septembre 2017. Bien que le Quantum soit toujours disponible, il fait désormais partie de la gamme des Quanta, qui comprend le Quantum 4848 (une interface sans fioritures mais avec de nombreuses entrées/sorties conçue pour les consoles analogiques) ainsi que le Quantum 2626, notre sujet d’examen.

L’absence de DSP : Simplicité et efficacité

Ce qui distingue les interfaces Quantum dans un marché compétitif, c’est l’absence de DSP. PreSonus a estimé que si la latence pouvait être suffisamment réduite, il n’était pas nécessaire d’intégrer un mixeur DSP dans l’interface elle-même. En effet, les DAW utilisés par les musiciens et producteurs disposent de mixeurs internes plus puissants. Cette approche permet d’éviter des étapes de routage complexes : au lieu de passer par un mixeur DSP intermédiaire pour acheminer le signal vers le DAW, tout le routage et le mixage de surveillance sont effectués directement dans le DAW. Les fonctionnalités telles que le contrôle du routage, les mixes casque, les sorties de surveillance et les niveaux sont automatiquement rappelées lorsque vous ouvrez un projet dans votre DAW, éliminant ainsi la nécessité de configurer manuellement ces paramètres.

Ciblage d’un rapport qualité-prix compétitif

La performance de latence remarquable du Quantum original a rendu cette approche pratique. Cependant, son prix dépassant les 1000 € le plaçait en concurrence avec des fabricants qui avaient développé des DSP avancés. Universal Audio, par exemple, a investi massivement dans le développement de plug-ins DSP de haute qualité, ce qui a renforcé l’attrait de leurs interfaces. Pour répondre à cette réalité économique, PreSonus a annoncé le Quantum 2626 plus tôt cette année, promettant de conserver la simplicité du Quantum original tout en réduisant le prix de moitié. Cela soulève la question : quelles sont les concessions nécessaires pour atteindre ce prix compétitif ?

Les entrées et sorties : des compromis bien pesés

Malgré l’absence de certaines fonctionnalités numériques présentes sur le Quantum original, les entrées/sorties de l’interface Quantum 2626 demeurent robustes. Elle est équipée de huit préamplis XMAX de PreSonus accessibles via des entrées combinées en façade. Les deux premières entrées sont conçues pour accepter des signaux d’instruments à haute impédance, et elles disposent de points d’insertion équilibrés pré-conversion à l’arrière de l’interface. De plus, vous trouverez huit sorties ligne à l’arrière, avec les sorties 1+2 également disponibles sur des sorties de surveillance dédiées, contrôlées par l’atténuateur en façade.

En ce qui concerne la connectivité numérique, le Quantum 2626 offre des entrées/sorties stéréo S/PDIF, deux paires de ports ADAT, une entrée/sortie Word Clock, une paire de véritables prises MIDI à cinq broches (entrée et sortie), ainsi qu’un port Thunderbolt 3. Les ports ADAT peuvent être utilisés pour fournir huit entrées/sorties à des taux d’échantillonnage plus élevés (mode S/MUX) ou en paires indépendantes pour ajouter 16 entrées/sorties supplémentaires à des taux d’échantillonnage de base.

L’efficacité au service de la créativité

Le Quantum 2626 offre une expérience d’utilisation simplifiée. La configuration est rapide et sans effort, et la gestion des paramètres se fait principalement depuis votre DAW. Malgré l’absence de certaines fonctionnalités numériques avancées, la qualité sonore et la latence sont excellentes. Le manque de contrôle numérique des gains de préampli est compensé par des boutons analogiques fiables et agréables à utiliser. La simplicité de l’interface Quantum 2626 contribue à une meilleure concentration et productivité dans le processus de création musicale, en éliminant la complexité liée à la configuration des mixeurs DSP et des routages internes.

Avantages et inconvénients

Parmi les points forts de l’interface Quantum 2626, on peut citer sa performance de latence exceptionnelle, sa construction solide, sa connectivité complète, et la présence de sorties DC-coupled. Cependant, un léger défaut est à noter au niveau de la sortie casque, qui ne s

Le test de latence fait état d’une latence d’entrée de 0,9 ms et d’une latence de sortie de 1,0 ms avec une taille de tampon de 32 échantillons, selon Reaper et un test de bouclage. Cela démontre que PreSonus a préservé toutes les fonctionnalités essentielles du Quantum dans le Quantum 2626.

L’interface Quantum 2626 offre une solution unique pour l’enregistrement, la surveillance, l’ajout d’effets et l’improvisation, renforçant la concentration et la productivité. L’interface a simplifié l’ouverture de projets, éliminant la nécessité de reconfigurer une console à chaque fois. Dans un monde où le temps en studio est précieux, cette simplicité est inestimable, et le Quantum 2626 pourrait bien faire abandonner définitivement l’idée d’utiliser une console.

Voir les prix sur
Acheter sur Thomann
565,43  sur
Acheter sur Amazon

Avantages

  • Excellente performance en matière de latence.
  • Bien construit.
  • E/S nombreuses.
  • Sorties en courant continu.
  • Points d’insertion pour les canaux 1 et 2.
  • Excellent rapport qualité-prix pour ce qui est proposé.

Inconvénients

  • La sortie casque ne s’éteint pas complètement.
  • Pas de câble Thunderbolt inclus.

Related Articles

Répondre/Commenter

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez entrer votre nom ici

Voir les prix sur
Acheter sur Thomann
Voir les prix sur
Acheter sur Amazon

Sur le même thème

Derniers articles